Crise du lait

Publié le par Fédération PS-05


 Les producteurs haut-alpins confrontés
à la
crise du lait

La commission européenne a confirmé sa volonté de restructuration de la production laitière européenne. En refusant à la fois le gel de la production en 2010 et la diminution globale des quotas, elle s’obstine dans une vision industrielle de la production laitière, aux antipodes de toute approche territoriale et/ou sociétale. Et ce n’est pas le nouveau ministre, Bruno Le Maire qui s’y opposera puisqu’il a plaidé dès sa prise de fonction pour la disparition des quotas pour 2015.

L’implacable machine à broyer les élevages laitiers s’est donc mise en route, avec l’assentiment de la droite libérale. Cette logique du prix bas conduira à concentrer la production dans les exploitations et les régions les plus compétitives et laissera sur le bas coté les zones où, comme dans les Hautes Alpes, produire du lait coûte plus cher du fait de conditions naturelles plus contraignantes. Dans ces conditions, quel avenir pour nos 196 producteurs de lait haut-alpins ? Et pour notre usine à Gap ?

Le ministre propose un plan de crise, bel effet d’annonce, mais ce n’est pas seulement d’une aide financière dont ont besoin les producteurs, mais d’une production encadrée avec une adéquation entre l’offre et la demande.

Le parti socialiste réaffirme sa demande du gel de 1% d’augmentation de quotas pour la prochaine campagne laitière, et souhaite dans le même temps une maîtrise de la production, ce qui passe par une diminution globale de ces mêmes quotas, outil le plus efficace et le moins coûteux permettant la meilleure gestion de l’offre laitière.

Publié dans Communiqués de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article